La différence entre Dieu et le chirurgien, c'est que Dieu ne se prend pas pour un chirurgien

mardi 25 août 2015

Interview Stéphanie Aten

Interview auteur: Stéphanie Aten




Bienvenue à vous Stéphanie! J'ai entendu dire que votre roman "la 3ème guerre" était actuellement très bien classé sur amazon. Pourriez-vous nous parler un peu de vous?

1. Présentez-vous en une phrase maximum.
Je m'appelle Stéphanie Aten, je suis née dans l'encre et j'ai grandi sur un clavier.

2.                  Qu’est-ce qui vous a poussé à écrire ?
J'ai toujours écrit. Mes institutrices gardaient mes cahiers de rédaction « en souvenir », j'offrais des histoires en cadeau d'anniversaire... Je n'ai jamais voulu faire autre chose de ma vie, et elle a passé son temps à tester ma détermination.

3.                  Êtes-vous fidèle à un genre en particulier ou préférez-vous vous éparpiller ?
Je trouve qu'un véritable auteur doit s'essayer à tout, et relever tous les défis. Chaque genre a ses codes, qu'il faut apprendre à maîtriser pour mieux les dépasser. Chaque type d'écriture (littéraire, poétique, audiovisuelle...) a ses contraintes et ses exigences. Plus on multiplie les expériences, plus on peut se targuer d'être professionnel.

4.                  Quels sont les titres de vos romans ? Pouvez-vous les résumer rapidement ?
Mon premier roman est sorti l'an dernier aux Éditions Hélène Jacob. Il s'intitule « La 3e guerre », et relate le bras de fer colossal que se livrent une mystérieuse organisation citoyenne baptisée « 3 », et des Élites mégalomanes assoiffées de pouvoir. C'est par l'infiltration de l'agent Aten Daleth, mandaté par la plus grande armée privée de la planète, que nous entrons dans les coulisses de cette guerre dangereuse et sournoise. Baladé de Genève à Jérusalem, et du Bangladesh à l’Équateur, il va devoir se frotter à sa propre humanité, et décider de ce qu'il fera de « 3 » : épargner ou sabrer.
Mon second roman est en cours d'écriture, s'intitule « Les Enfants de Pangée », et s'adresse aux adolescents et jeunes adultes. Il a lui aussi pour sujet principal la rébellion et le renversement. Mais cette fois, l'histoire est portée par nos propres enfants. 

5.                  Avez-vous des petites habitudes lorsque vous écrivez ?
Du thé à portée de main, de la musique choisie, et de longues heures devant moi pour m'immerger totalement. Je suis capable d'écrire six heures par jour. Je déteste le faire la nuit, j'ai trop besoin d'être en phase avec les cycles naturels.

6.                  Quelles sont les sources de vos inspirations ?
Tout. Les informations, les émotions, les gens... La musique m'inspire énormément aussi. Elle génère des flashs et des ressentis souvent à l'origine de mes idées.

7.                  Comment doit être, selon vous, un personnage principal ?
Il doit être tendu, c'est-à-dire qu'il lui faut des failles, des conflits intérieurs, des comptes à régler avec lui-même ou avec les autres, pour être riche et intéressant dramatiquement. J'aime les personnages à double-tranchant, ils peuvent nous surprendre et nous bluffer, et renferment un potentiel puissant.

8.                  Et un personnage secondaire ?
Il doit être, au choix, le faire-valoir du personnage principal, ou un personnage principal à part entière mais en retrait. Je les construis avec autant de soin que les héros. C'est un point qu'on apprend à travailler minutieusement en scénario.

9.                  De quel roman aimeriez-vous être l’auteur ?
Le Seigneur des Anneaux, Harry Potter, La Nuit des Temps, Le Horla... les romans de Jules Verne...

10.              Quel est votre livre préféré ? Pourquoi ?
« La Nuit des Temps » de Barjavel. Je l'ai lu à seize ans, et je l'ai trouvé incroyablement moderne ! Presque visionnaire. Il y avait tout en lui : action, mystère, réflexion philosophique, émotion... Je rêve d'en écrire l'adaptation au cinéma, mais les droits sont bloqués depuis des années.

11.              Quels conseils donneriez-vous à un débutant en écriture ?
De se former ! Dès lors qu'on souhaite porter une œuvre vers un public, et la lui faire acheter, le moindre des respects est de se donner la peine de proposer de la qualité, de travailler, de maîtriser les processus narratifs, la construction et la musicalité, et de réaliser que les idées ont une portée. Le seul moyen de se distinguer de la masse de gens qui écrivent, aujourd'hui, c'est d'être professionnel.

Le « Avez-vous déjà ».


1.                  Avez-vous déjà modelé l’un de vos personnages selon un personnage (fictif ou non) que vous aviez apprécié ?
Le héros de « La 3e guerre » m'a en grande partie été inspiré par mon compagnon, lui-même ex-agent. Je m'inspire souvent de personnes existantes pour complexifier les archétypes que j'ai créés à la base, et les rendre ainsi plus vrais que nature.

2.                  Avez-vous déjà eu le syndrome de la page blanche ? Si oui, comment avez-vous fait pour vous en débarrasser ?
Jamais. Je ne sais pas ce que c'est. Quand je commence à écrire, c'est que tout un travail de réflexion et de préparation a été réalisé en amont. Je n'ai plus qu'à suivre la signalisation, et à faire profiter le lecteur du voyage.

3.                  Avez-vous déjà abandonné un roman que vous aviez entamé ?
Non. Une idée, un synopsis, oui. Parce que je découvre en les travaillant qu'il n'y a pas vraiment de potentiel de développement. Je ne me suis jamais lancée dans l'écriture d'une œuvre dans laquelle je ne crois pas fermement.

4.                  Avez-vous déjà laissé un manuscrit dans un tiroir, de peur des critiques ?
Non plus. Les critiques sont une fatalité : on ne peut pas plaire à tout le monde. Dès le moment où on accepte ça, on n'a plus peur d'être soi-même et de donner ce qu'on a.

5.                  Avez-vous déjà assisté à une discussion entre vos personnages ?
Tout le temps ! Quand j'écris des dialogues, c'est parce que je les entends. Je visualise mes personnages en train de se parler. Leur ton, leurs attitudes, sont claires. Ils sont vivants. Ça me vient sûrement de l'école du scénario.

Les questions bonus à compléter…


1.                  Si j'étais un animal je serais… un oiseau.

2.                  Si je pouvais avoir un objet, n’importe lequel, peu importe le prix, ce serait… une lampe de génie pour faire trois vœux.

3.                  Si je pouvais entrer dans un roman, ce serait dans… La Nuit des Temps

4.                  Si je pouvais avoir une discussion avec un auteur, ce serait … Victor Hugo.

5.                  Si je pouvais avoir une discussion avec un personnage de roman, ce serait… Alexandre Roissi dans mon propre roman.   

6.                  Mon rêve le plus fou est… Écrire un livre qui soit non seulement best-seller, mais qui reçoive en plus d'excellentes critiques.

7.                  Si j'avais pu vivre à une autre époque de l’histoire, ça aurait été… l'époque sumérienne.

8.                  Si j'étais un plat cuisiné, je serais… une ratatouille, où le mélange de plusieurs éléments engendre une délicieuse unité.

Retrouvez son roman "La 3ème guerre", en cliquant sur l'image de l'article!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Une erreur est survenue dans ce gadget