La différence entre Dieu et le chirurgien, c'est que Dieu ne se prend pas pour un chirurgien

mardi 6 octobre 2015

Interview auteur Pierre Brulhet




1.                  Présentez-vous en une phrase maximum. Je suis Pierre Brulhet, architecte le jour et écrivain la nuit.

2.                  Qu’est-ce qui vous a poussé à écrire ? L’envi de raconter des histoires. Peut-être à cause de l’Afrique. Il y a quelque chose là-bas qui vous transforme et le retour en France après 14 années exotiques a été assez déprimant. Ecrire a été un refuge, une thérapie.

3.                  Pouvez-vous nous parlez rapidement de vos publications ? Je suis un auteur qui aime changer d’univers, de genre, à chaque nouveau livre. J’ai commencé par un conte gothique « L’Enfant du Cimetière », puis un roman fantastique « Le Manoir aux Esprits », un roman de dark fantasy « Magma », un recueil de 15 nouvelles se situant dans différents univers et époques « DarKrün » et enfin mon dernier, un polar S-F saupoudré de fantastique « Incursion ». Et le prochain (mais là, même sous la torture, je ne dirai rien…)

4.                  Et de vos futurs projets ? Un paquet ! Mais encore une fois, je serai muet comme une tombe… 2 ou 3 belles choses devraient sortir avant la fin de l’année.

5.                  Quel est le message que vous voulez faire passer dans vos romans/nouvelles ? Aucun. Je souhaite juste que le lecteur ou la lectrice, passe un bon moment, quelques heures où il pourra oublier la grisaille de notre monde trop fou. 

6.                  Quelles sont les sources de vos inspirations ? Elles sont multiples. Elles vont des séries, du cinéma, de livres lus, de rencontres, d’une affiche aperçue dans le métro, d’un rêve… J’écris toujours en musique. Pour « Incursion », je passais en boucle la BO du film Blade Runner. Pour « L’Enfant du Cimetière », les balades de NIN.

7.                  Comment doit-être, selon vous, un personnage principal ? J’ai une affection toute particulière pour les anti-héros à la Snake Plissken. Les personnages lisses me dépriment.

8.                  Et un personnage secondaire ? Je n’ai pas de personnage secondaire.  Du moins je ne le conçois pas ainsi dans la construction d’un roman. Tous on leur rôle à jouer. Si un devait manquer, alors l’histoire serait aussi fragile qu’un château de cartes.

9.                  De quel roman aimeriez-vous être l’auteur ? Sans hésitation « Je suis une légende » de Richard Matheson. Son style réaliste, presque journalistique a été une claque. Peut-être aussi « Ubik » de Philip K. Dick. Mais pour écrire un pareil roman, il faut être fou.

10.               Quel est votre livre préféré ? Pourquoi ? Impossible à dire. 2 ou 3 me viennent en tête. Désolé, je ne peux répondre.

11.               Comment se sont passés vos débuts dans l'écriture ? J’ai commencé à écrire vers 16 ans, soit bien avant d’avoir même l’idée de devenir architecte. A l’époque, je découvrais les jeux de rôles. C’était juste après mon retour de Côtes d’Ivoire. Cela a été pour moi un vrai défouloir et a exacerbé mon imaginaire. Cela a commencé par l’écriture de scénarios pour Merp puis très vite, l’envie de créer un monde et l’écriture d’un premier roman est venue. En le relisant quelques années plus tard, je me rendis compte que ce n’était pas vraiment très bon et que j’avais du travail pour arriver à quelque chose de crédible. Puis l’exercice de la nouvelle (une bonne quinzaine), des poèmes fantastiques, m’ont donné plus d’assurance. Je pense que mes études d’architecte m’ont appris à structurer un projet que j’ai mis ici au profit du récit. Je ne suis pas étonné de voir autant d’architectes dans le métier du cinéma, de la mode ou de la musique (les membres fondateurs de Pink Floyd étaient étudiants en architecture !)

12.               Parmi tous les personnages que vous avez créé, lequel est votre préféré ? Pourquoi ? Je les aime tous !

13.               Quelle est votre expérience avec les maisons d'édition ? J’aime travailler avec plusieurs maisons d’éditions. C’est très enrichissant et cela donne de belles opportunités. J’ai commencé par l’auto-impression pour me faire connaître et Myspace a été un incroyable tremplin pour me faire connaître. Un jeune éditeur m’a contacté et tout a commencé avec « L’Enfant du Cimetière »… Une forte pensé à Jean-Marie Beurq qui est parti bien trop tôt et qui fut le premier à donner ma chance dans le monde de l’édition.

14.               Quels conseils donneriez-vous à quelqu'un voulant écrire ? Les bonnes idées ne suffisent pas. Il faut travailler inlassablement son style, ne jamais se décourager, accepter la critique, faire lire autour de soi (si possible pas par la famille ou les amis mais des gens « neutres », extérieurs, qui donneront un avis plus objectif). Et puis il ne faut pas rêver : un auteur publié ne deviendra jamais riche (ou très rarement). Cela doit être avant tout une passion et gardez votre job ou continuez vos études car les droits d’auteur ne vous feront pas vivre.


Le « Avez-vous déjà ».


1.                  Avez-vous déjà eu le syndrome de la page blanche ? Si oui, comment avez-vous fait pour vous en débarrasser ? Pas vraiment. Disons qu’il y a des jours où je suis moins inspiré. A cause de la fatigue, de mon métier d’architecte usant, me prenant beaucoup de temps.

2.                  Avez-vous déjà abandonné un roman que vous aviez entamé ? Une seule fois. Il y a longtemps. Et heureusement !

3.                  Avez-vous déjà laissé un manuscrit dans un tiroir, de peur des critiques ? Oui. Mes nouvelles des débuts et mon tout premier roman « L’Enfer Blanc », une histoire d’Heroic Fantasy, écrit il y a 25 ans. Avec le recul, c’était assez mauvais mais un passage nécessaire pour évoluer.


Les questions bonus à compléter…



1.                  Si j'étais un animal je serais… Un albatros.

2.                  Si je pouvais avoir un objet, n’importe lequel, peu importe le prix, ce serait… L’épée des rois, Excalibur bien sûr…

3.                  Si je pouvais entrer dans un roman, ce serait dans… Le Seigneur des Anneaux (toute la partie se déroulant dans la Comté).

4.                  Si je pouvais entrer dans un film, ce serait dans … Star Wars.

5.                  Si je pouvais avoir une discutions avec un auteur, ce serait … Stephen King.

6.                  Si je pouvais avoir une discutions avec un personnage de roman, ce serait … Peut-être Elric.
 
7.                  Si j'étais une citation, je serais … « Il vaut mieux mourir que disparaître » (Kurgan dans le film Highlander).

 Ses romans:








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Une erreur est survenue dans ce gadget